Archives par catégorie : Elucubrations

Trente-quatre

Trente-quatre

Trente-quatre, c’est 35-1. Un chiffre qui me donne des frissons plutôt que des fous rires. J’ai toujours eu du mal avec les âges qui finissent par 4. C’est pourtant mon chiffre mais je me souviens d’avoir refusé d’être bien lunée quand c’est arrivé pendant la dizaine d’avant.  C’est peut-être que l’arrivée à mi-chemin est pour moi plus importante que le passage à l’étape d’après : une sorte de bilan obligatoire qui nous donne envie de courir encore un peu plus vite vers ce qu’on veut accomplir, avec parfois la sensation de s’être épuisé « pour rien » quand on regarde en arrière.

J’aimerais me dire juste avant mes 35anspresque40, que je me connais, que je sais comment gérer ma personnalité, que j’ai réglé des milliards de choses qui devait l’être. Que je mène ma barque sans sourciller vers les rêves de ma vie et que jamais je ne me laisse submerger par les vagues de la vie. En réalité, j’ai l’impression de toucher du bout des doigts ce moi virevoltant à chaque fois que je le cherche, et je le vois s’enfuir à toute vitesse pour le plaisir de me voir continuer à courir dans tous les sens.

Lire la suite →

Rendez-vous sur Hellocoton !

2016, te voilà !

Ce qu’il y a de bien quand on passe une année compliquée, c’est qu’arrivé à la fin, on a qu’une seule envie : donner un bon coup de pied pour remonter sur le haut de la vague. Après un diagnostic médical assez rude, une opération lourde, un mois et demi en maison de repos et en fauteuil roulant, une rupture complètement nulle bien que salvatrice, la perte d’un membre de ma famille, un gros trait tiré sur certaines amitiés et un retour à la vie professionnelle en dent de scie, j’étais plus que motivée à laisser 2015 derrière moi. Et pas que.

2016 Instagram

Lire la suite →

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tout sauf la guerre.

portrait coeur chocolat

Cela faisait 2 jours que je rêvais de la guerre.

La première nuit, je me cachais dans la maison de mes grands-parents avec ma famille, en regardant par la fenêtre les maisons voisines se faire bombarder. La deuxième nuit, j’avançais avec d’autres filles, masquée sous des écharpes, pour prendre un avion et fuir mon pays.

Je n’aurais jamais imaginé que mes rêves seraient la prémonition des drames dont j’ai été spectatrice via la lucarne télévisuelle de mon salon, cette soirée du 13 novembre 2015, alors que j’étais complètement déconnectée à refaire un monde de paix et de communauté avec ma kiné magique, dans mon salon, un verre à la main.

Ces images de haine et de violence m’ont rappelé les discussions avec une amie il y a 3 semaines, pendant nos vacances au bout du monde, sur les stratégies des terroristes pour s’infiltrer au sein de notre paix, dans tous les pays du monde, pour pouvoir ensuite la déchirer sans état d’âme. Nos paroles m’avaient fait froid dans le dos et laissé un goût amer dans la bouche car je savais qu’elles contenaient une grande part de vérité. L’horreur n’a pas de limite et ne recule devant aucun stratagème.

Lire la suite →

Rendez-vous sur Hellocoton !

Prendre la plume

diy-painted-feathers-4C’est désormais une habitude d’exorciser mes sentiments sur le papier. J’ai des carnets qui trainent un peu partout et pour tout et un « journal intime » pour mettre à plat mes sentiments les plus lourds, pour les décortiquer, les comprendre et les laisser vivre en dehors de moi. C’est donc assez naturellement que la solution pour faire le deuil de ma maman s’est imposée à moi, avec l’idée d’écrire toute l’histoire de cette perte pour pouvoir apprivoiser chaque sentiment qui s’est emparé de moi depuis lors. Et pour arriver à lui dire vraiment au revoir.

J’ai commencé à écrire cette histoire sur mon lit d’hôpital, pendant mon séjour longue durée chez les éclopés, mais le sujet ne prêtait pas forcément à sourire et j’ai abandonné au bout de quelques pages pour ne pas entraver psychologiquement ma guérison. Ensuite le quotidien est revenu en-crasser ma tête et ma plume (et ma motivation). Et puis est venu le concours Au Féminin qui a permis à Virginie de se jeter dans le grand bain. Et je me suis dit que c’était l’occasion d’écrire un des chapitres de l’histoire de ma perte maternelle pour participer, et qui sait, être encouragée à écrire le reste.

Lire la suite →

Rendez-vous sur Hellocoton !

La maison de repos

Passer 7 semaines en maison de repos, c’est comme une pause dans le temps, une fracture dans ta vie de d’habitude et une vision complétement décalée de ce que c’est vraiment. Je m’imaginais naïvement dormir 19 heures sur 24 et lire ou regarder des films le reste du temps. Que nenni, la maison de repos n’a de repos que le nom. Le réveil se faisait en fanfare à 7h45 (et 8h30 le dimanche si tu as de la chance) et la matinée était ensuite bien rodée : piqûre, médocs, douche et habillage, lit à faire, ménage en surface et kiné. Autant vous dire qu’arrivée à l’heure du déjeuner, je tenais déjà une petite forme. Mon astuce : mettre en route un épisode d’Orange Is The New Black au petit déj’ pour me donner une raison valable de garder les yeux ouverts au lieu de me rendormir.Maison de repos 2 Lire la suite →

Rendez-vous sur Hellocoton !

Trente-deux ans

32 ans (3) blog Cette année, j’ai vécu un drôle d’anniversaire pour mes trente-deux ans. Drôle dans le sens d’inattendu. Après quelques semaines où la solitude m’avait attiré dans ses filets, j’ai pris 5 minutes pour figer dans mon esprit l’image de cette soirée d’anniversaire. Ma soirée d’anniversaire.

Une image réconfortante d’une presque dizaine d’amis rassemblés pour m’aider à passer une année de plus. Des gens de pleins d’horizons et d’âge différents, qui ne se seraient jamais rencontrés si je n’avais pas été là. Et ma solitude d’avant a laissé place à une immense fierté, la fierté d’être si bien entourée, d’avoir su baisser la garde pour me faire des amis dans des endroits et des conditions très différents, des amis de longue date ou de quelques jours, mais qui compte désormais comme une vraie famille.

Lire la suite →

Rendez-vous sur Hellocoton !

La béquille

La béquille

Cet article est un cri du cœur poussé avec toute la bienveillance dont je peux faire preuve et teinté de la colère, de la peur et de la déception que j’éprouve chaque jour depuis le verdict.

Depuis près de 6 mois, elle est devenue mon appui, ma confidente, ma meilleure amie. C’est elle qui me soutient quand je suis prête à m’effondrer même si on a mit un peu de temps à s’apprivoiser.

C’est arrivé il y a un peu plus de 3 ans, après une course à pied organisée pour la bonne cause. Je m’arrête de courir après avoir effectué mes 5kms et fais quelques pas quand une douleur fulgurante traverse ma jambe droite. Je ne laisse rien paraître, j’accuse un faux mouvement ou les mauvaises baskets pour courir sur le bitume mais je boite pendant un long moment, jusqu’à ce que mes muscles refroidissent et que la douleur diminue un peu. Après cette aventure, j’ai continué à ressentir des douleurs régulières mais je ne me suis pas inquiétée car je suis coutumière du mal de dos et des sciatiques depuis très jeune. Je mettais donc ça sur le compte d’une ceinture abdominale un peu faible.

Lire la suite →

Rendez-vous sur Hellocoton !

Celle qui se cache derrière le blog

Portait robe blanche Emilie Ubago

Je ne suis en général pas très adepte des chaînes d’amitié à renvoyer par SMS sinontuauradumalheurpendantdesannées et autres questionnaires bateau pour en apprendre un peu plus sur la personne qui se cache derrière un blog. Mais les questions de La Route Joyeuse me semblait plutôt bienvenues pour vous parler blog, voyage et passions. Je m’abandonne donc à l’exercice mais de manière détournée en livrant un peu qui se trouve derrière mon blog.

La jeune femme qui se cache derrière le petit mouton noir a tout juste dépassé la trentaine. C’est une pro de la communication, comme pas mal de blogueuses, et elle aime bourlinguer, autant pour les vacances que pour déposer ses valises un peu plus longtemps. Sydney a fait les frais de mes envies d’aventures pendant quelques mois où je me suis familiarisée avec les kangourous et les énormes araignées qui pullulent partout dans ce grand pays. Et comme il n’y a pas de hasard, je bosse depuis 4 ans pour une grande enseigne du tourisme.

Lire la suite →

Rendez-vous sur Hellocoton !

La main pas verte

La main pas verte

J’ai passé toute mon enfance à la campagne, au milieu d’un grand jardin rempli de fleurs. Les images qui en ressortent représentent mon papa en train de s’occuper des tomates et ma maman arrachant les mauvaises herbes. A l’intérieur de la maison, il y a toujours eu des touches florales à droite et à gauche, de plus en plus en fur et à mesure que ma maman prenait de l’âge. Peut-être une façon de remplacer le vide laissé par ses filles devenues grandes. En tout cas, je n’ai jamais vu d’aussi belles orchidées que quand elle vivait là : une simple caresse du regard et les fleurs poussaient toutes seules.

Lire la suite →

Rendez-vous sur Hellocoton !

2015 = bienveillance ?

bienveillance

Je pensais écrire cet article en début d’année, pour vous souhaiter le meilleur pour cette année 2015. Et puis la technologie s’en est mêlée (changement d’hébergeur). Et puis Charlie s’en est mêlé un peu aussi. J’ai donc attendu que la tempête se calme pour vous écrire quelques mots.

J’ai expérimenté ces derniers temps, tout comme vous, ce que la haine des hommes peut faire de pire et ce qu’elle peut potentiellement faire de mieux. Je dis « potentiellement » car passé l’engouement collectif de solidarité, j’ai été très attristé de voir que cette solidarité a été oubliée 3 jours après, quand le numéro spécial de Charlie Hedbo est sorti. J’ai vu des gens capables de se marcher dessus pour récupérer un simple journal. J’ai senti la haine dans leur regard, à l’attention de leur voisin et ça m’a emplit de peine en me disant que personne n’avait rien compris finalement. Lire la suite →

Rendez-vous sur Hellocoton !